Equipements Portuaires

Démarrage de la campagne céréalière au Port de Caen-Ouistreham

Le 16/09/2015

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 16/09/2015

 

Forte de 350 000 à 450 000 tonnes par an, l’activité céréalière est un trafic qui compte pour le port de commerce de Caen-Ouistreham, puisqu’il constitue la principale activité du port derrière le trafic transmanche des ferries.

Alors qu’une nouvelle campagne d’exportation démarre, retour sur le bilan de la campagne 2014/2015.

Avec 400 000 tonnes de céréales (blé et orge essentiellement) chargées à bord de 52 navires, les silos portuaires du Terminal de Blainville ont connu un exercice particulièrement dense. Malgré un début de campagne peu encourageant, notamment en raison d’une qualité de blé moyenne, deux phénomènes économiques ont permis de renverser la tendance : une parité euro/dollar plus favorable à l’export en 2ème partie de campagne et l’application de taxes à l’exportation sur les blés russes. Dès lors, à partir du début de l’année 2015, le blé français est devenu très attractif pour les pays importateurs, ce qui a bénéficié au Port de Caen-Ouistreham.

Ainsi, plus de 200 000 tonnes ont ainsi été chargées à destination du Maghreb (principalement le Maroc et l’Algérie), avec des blés de qualité meunière. Le reste des volumes exportés se répartit notamment entre la Péninsule Ibérique et la Grande-Bretagne/Irlande.

L’essentiel de ces tonnages est produit par les coopérateurs du groupe normand AGRIAL (12 000 adhérents). Présent de la Normandie jusqu’à l’Indre-et-Loire, AGRIAL a ainsi exporté plus de 60 % de sa production de blé issue de la campagne 2014/2015. Parmi les 4 ports français utilisés par le groupe, le Port de Caen-Ouistreham constitue son port leader puisque 35 % des blés qu’il exporte y transite. A la faveur des silos blainvillais, d’une capacité de 35 000 tonnes, des navires embarquant jusqu’à 22 000 tonnes de céréales peuvent être chargés.

Désormais, c’est la campagne 2015/2016 qui démarre en douceur, puisque les marchés export sont actuellement très portés vers les céréales russes et ukrainiennes. Toutefois, tous les espoirs sont permis puisque la récolte de cet été, notamment en Normandie, présente des volumes conséquents, doublés d’une belle qualité. En outre, les pays importateurs habituels n’ont pas tous commencé leurs achats. En attendant, près de 65 000 tonnes d’orge et de blé, liées à des contrats-cadre, sont sorties des silos ce mois d’août, chargées sur 8 navires par AGRIAL, ainsi que la Coopérative de Creully.

Porté par ce trafic céréalier, le port intérieur du Port de Caen-Ouistreham est largement positionné sur les trafics liés à l’agro-alimentaire qui ont représenté près de 450 000 tonnes en 2014. En effet, le port opère également un trafic d’engrais pour près de 100 000 tonnes par an pour le compte d’AGRIAL, mais reçoit également en import des navires de nourriture animale, soit en vrac solide (tourteaux, drèche) soit en vrac liquide (mélasses). Apte à recevoir des navires jusqu’à 200m de long, le port amont est doté d’un tirant d’eau de 9,10m et d’une amplitude d’ouverture des écluses supérieure à 18 heures sur 24.

Ces activités portuaires démontrent parfaitement le rôle d’outil au service du développement économique régional que représente le Port de Caen-Ouistreham pour son hinterland.